hidden
ArabicEnglishFrenchPortugueseSpanishUkrainian
Petite enfance : la prévention des 1000 premiers jours

Le développement du cerveau de bébé

Des acquisitions gigantesques durant cette période

Centrale de commande de tout notre corps, le cerveau se développe continuellement, cette croissance débute durant la grossesse.

Le développement du cerveau pendant la grossesse

  • Dès la fin de la 1ère semaine, alors que l’embryon ne mesure que 2 mm, un petit renflement à l’une de ses extrémités apparaît, c’est la future tête où va se former le cerveau
  • Dès la 5ème semaine, la construction du cerveau démarre, ébauche simple du système nerveux
  • Au cours du 2ème mois, le cerveau se structure en deux hémisphères
  • Aux 3ème et 4ème mois, les neurones apparaissent, ils vont se multiplier et se relier les uns aux autres. Cette multiplication se fait à très grande vitesse – 100 milliards de neurones sont produits le long du tube neural à un rythme de 5 000 neurones à la seconde
  • A 6 mois, toutes les cellules nerveuses du futur bébé sont en place

Tout va très vite

Le cerveau est composé de plusieurs régions contenant chacune des millions de neurones qui communiquent entre eux. Des messages répétés vont permettre de nouveaux liens constituant le « câblage » du cerveau. Ce sont ces connexions qui se forment à un rythme accéléré chez le bébé. Le cerveau devient plus efficace privilégiant les connexions les plus utilisées et éliminant celles qui sont peu utiles.

Si durant les 2 premières années après la naissance le bébé va voir sa taille augmenter de 50 %, son poids multiplié par 4, son cerveau, lui augmente en moyenne d’un gramme par jour, c’est-à-dire plus de 350 grammes par an !

Le périmètre crânien augmente de 14 cm pendant les 2ères années, pour seulement 7 cm dans les 16 années suivantes.

age poids (kg) Taille (cm) PC (cm)
Naissance 3.5 50 35
3 mois 6-7 (PNX2) 60 40
9 mois> 8-9 70 45
1 an 10 (PNX3) 75 47
2 ans 16 100 (TNX2) 50

Il grandit, grossit, mais aussi développe ses sens comme jamais l’être humain ne le fera au cours de sa vie…Il va apprendre à s’alimenter, communiquer, se mettre sur le dos, tenir assis, se hisser et marcher, le tout en apprenant à parler.

La plasticité de son cerveau…

Des acquisitions initiées par son environnement

Les 1000 premiers jours, une période d’intense développement pour l’enfant, notamment de ses capacités sensorielles et cognitives. Ce sont les expériences répétées, comme le jeu, la lecture, l’apprentissage, les échanges avec son entourage, qui favorisent le développement de son cerveau.

À la naissance, les connexions du cerveau d’un bébé sont encore malléables, elles peuvent être modifiées ou créées en fonction de ce qui se passe autour de lui. En fonction de son environnement, de ses relations avec les adultes, des stimulations, de ses émotions, la configuration de ses réseaux neuronaux change.

Il a donc besoin d’interactions avec les personnes qui s’occupent de lui, mais il faut aussi qu’elles soient positives et chaleureuses.

Après sa naissance, tous les moments d’échanges attentifs avec un enfant contribuent à construire son cerveau.

  • Parler, chanter, faire des câlins, jouer avec un enfant, ces interactions sont cruciales : elles stimulent les connexions neuronales
  • A l’inverse, les hormones de stress paralysent son cerveau et empêchent les connexions neuronales

Un ennemi de son développement : le stress !

Ce sont toutes les connexions qui se mettent en place au niveau du cerveau du bébé, qui lui permettent d’acquérir de nouvelles aptitudes. Or le cortisol, hormone du stress, peut “abîmer” les neurones. Le stress est l’ennemi de son cerveau et freine ses compétences.

Aujourd’hui grâce aux neurosciences, on sait que l’on n’apprend pas par la peur. Les enfants mémorisent très mal quand leur cerveau est envahi par le cortisol.

Il a également été démontré, que les effets du « stress toxique » (violences intrafamiliales physiques ou émotionnelles) perturbent le développement de l’architecture cérébrale et d’autres systèmes organiques. Cela augmente le risque de maladies ou de troubles cognitifs liés au stress, ou peut entraîner des retards de développement, des problèmes de santé ultérieurs, maladies cardiaques, diabète, dépression…

Il faut donc éviter les situations et les facteurs de stress ou de peur, cris, punitions, menace, chantage, humiliations, critiques…

Mais tout n’est pas perdu, car le cerveau d’un enfant se transforme facilement. Plusieurs études démontrent en effet que les bons soins, l’affection et les relations attentionnées lors de la petite enfance peuvent compenser les effets néfastes du stress chronique.

En effet, lorsque face à une situation stressante, le bébé est apaisé par un adulte il secrète de l’ocytocine, “hormone de l’attachement ou de l’amour”, qui est très protectrice pour le cerveau et favorise les connexions entre les neurones.

Un environnement sécurisant, affectueux, et émotionnellement stable protège le cerveau des bébés.

Cerveau enfant apprentissage

Indispensable d’encourager les interactions

Prendre soin…

La plasticité du cerveau fait que, lorsqu’un jeune enfant n’est pas ou peu stimulé, des circuits neuronaux ne sont pas utilisés, ayant un impact sur ses acquisitions. Pour que son cerveau se développe au mieux, il faut qu’on prenne soin de bébé avec affection mais aussi qu’on le stimule et lui fasse vivre des expériences variées.

Certains neuroscientifiques pensent que les humains sont une « espèce pédagogique », en effet l’enfant va observer les adultes pour comprendre le fonctionnement des relations. Le bébé dépend entièrement de son entourage mais a plus d’aptitudes et de compétences que l’on imagine. Dès 6 à 9 mois, les bébés savent déterminer qui est gentil et qui est méchant.

Aujourd’hui grâce à l’étude du cerveau par les Images par Résonance Magnétique (IRM) fonctionnelles, on découvre et comprend les mécanismes de l’attachement et leurs répercussions sur le développement cérébral. Ces résultats confirment l’importance du « prendre soin » du bébé pour son bon développement car les expériences difficiles affectent davantage le cerveau d’un tout-petit que celui d’un enfant plus âgé.

Agence-Nova-Infographie-Trimestre-1-2018-v3

Stimuler en rassurant

La période des 1000 premiers jours est la fenêtre d’opportunité, pour donner aux enfants, toutes les chances de bien développer leur cerveau, d’acquérir les compétences indispensables pour apprendre, réfléchir, et vivre en société…

L’enfant dépend entièrement de son entourage, il faut répondre à sa curiosité naturelle et interagir avec lui. On sait aujourd’hui que si « la figure d’attachement » est fiable, la maturation cérébrale se fait plus rapidement. En effet la sécurité affective des enfants leur permet de s’aventurer confiants dans le monde et d’expérimenter, de découvrir, d’apprendre.

L’empathie des adultes est fondamentale, encourager, soutenir l’enfant favorise le développement de l’hippocampe, structure du cerveau responsable de la mémorisation.

Bébé a aussi besoin de régularité pour déchiffrer les situations, pour l’aider à comprendre il est important de répondre aux situations identiques, de la même façon, c’est rassurant pour lui.

Enfin, les enfants ressentent les émotions, il est important d’aller bien et de prendre soin de soi lorsque l’on veut s’occuper d’eux. D’où l’importance d’aider et soutenir les jeunes parents.

Répondre à sa curiosité !

Toutes les situations peuvent être sources d’apprentissages pour le tout petit :

  • Parler lire des histoires, parfois, on pense que puisqu’il ne parle pas, il n’est pas nécessaire de parler à un bébé. Au contraire, toutes les études montrent qu’il faut lui parler très tôt, lui lire des histoires, que cela l’aide à comprendre le monde qui l’entoure et lui permettra d’avoir plus de vocabulaire ensuite
  • Développer ses sens et ses émotions, en effet les connaissances peuvent aussi venir d’expériences corporelles ou d’émotions vécues : expérimenter, manipuler, toucher, bouger, rire pour apprendre… Il y a des influences mutuelles permanentes entre corps, émotions et cerveau
  • Jouer avec lui, l’enfant commence à jouer dès sa naissance et développe différents types de jeu tout au long de sa vie
    • Avant l’âge de 1 an, l’enfant préfère les jeux d’exploration, de rencontres…
    • A partir de l’âge de 1 an, l’enfant aime les jeux de construction, d’assemblage, de fabrication mais aussi d’imitations
    • Jusqu’à l’âge de 2 ans, l’enfant aime jouer avec des objets
    • Avec le temps, l’enfant appréciera les jeux avec des règles

Le jeune enfant peut jouer seul mais aussi avec un partenaire, ce qui développe ses interactions avec le monde extérieur et renforce le lien parent-enfant.

Répondre à ses demandes et puis à ses questions, toujours pour lui permettre d’être rassuré et de comprendre le monde qui l’entoure mais surtout pour valoriser sa curiosité et l’encourager à découvrir…

Un enfant a besoin d’attention et de temps…

Pas d’écran avant 3 ans !

…Dans un monde où tout va vite, où la technologie nous permet d’avoir des réponses quasi immédiates, il est tentant de continuer à regarder ses écrans… et pourquoi pas, de croire qu’être avec son bébé devant un écran lui permettra d’apprendre ! C’est une erreur lourde de conséquences pour le cerveau de l’enfant, tous les chercheurs, pédiatres et spécialistes de l’éducation recommandent « Pas d’écran avant 3 ans».

Sur les écrans, beaucoup de contenus qui se disent « éducatifs » n’ont jamais été évalués. Il n’existe aucune preuve scientifique de bénéfices des logiciels destinés aux petits enfants.

Les points négatifs pour un enfant mis devant des écrans :

  • Il bouge peu et ne va pas faire d’acquisition motrice
  • Il est passif sans échange verbal avec un impact sur son langage
  • Peu d’interactions avec ses parents au risque de troubler le lien d’attachement
  • Son attention est gênée avec des stimulations sensorielles inadaptées pour lui
  • Son sommeil va être perturbé
  • Ses émotions ou ses réactions ne sont pas prises en compte par la machine

3-6-9-12

C’est d’abord un choix des parents, qui doivent prendre conscience de leur utilisation personnelle des écrans et des changements qu’ils sont prêts à en faire dans l’intérêt du bébé. C’est une vigilance à mettre en place pour toutes les personnes qui s’occupent du bébé.

Le développement de l’enfant va très vite, toutes les étapes sont capitales et ne se reproduiront pas. Il est important de ne pas rater ces moments. Par contre on peut toujours retrouver ou aller voir à un autre moment les informations, vidéos, photos… du téléphone, de la tablette ou de l’ordinateur !

Jouer avec son enfant est tout de même plus enrichissant qu’être seul face à un écran. Ces moments de complicité permettent d’enrichir les liens et de lui montrer qu’il est important.

ecran-interactions-parents-enfants