hidden
ArabicEnglishFrenchPortugueseSpanishUkrainian
Petite enfance : la prévention des 1000 premiers jours

Eviter le stress chronique…

En constatant les nombreux conseils qui peuvent être donnés aux (futurs) parents, on peut se demander si nous n’allons pas les angoisser…

Et pourtant durant cette période des 1000 jours il faut aussi éviter le stress qui peut avoir un impact santé.

Stress / relax

Qu’est-ce que le stress ?

C’est une réaction normale de notre corps qui nous permet de faire face à une urgence, un danger ou un changement. Il se définit par des réactions de l’organisme, à la fois émotionnelles et physiques, face à une situation particulière à laquelle la personne doit s’adapter.

Lors de la phase d’alarme, l’organisme sécrète de l’adrénaline pour préparer le corps à répondre à la situation. La force musculaire, les sens et les réflexes sont décuplés on agit plus rapidement.

Après quelques minutes, l’organisme résiste et compense l’énergie dépensée, pour faire face à cette situation, en libérant d’autres hormones (cortisol, dopamine, endorphines, sérotonine,
etc.). L’agression terminée et le stress disparu, l’organisme retrouve son fonctionnement habituel.

L’impact du stress sur la santé

Au départ le stress est positif car il permet de réagir de manière adaptée face à une situation de danger en stimulant nos performances et en améliorant nos capacités. Une certaine dose de stress est donc tout à fait normale.

Au niveau du corps, en situation de stress, les hormones libérées, entraînent toute une série de réactions, hyper vigilance, accélération du cœur, de la respiration, contractions musculaires…Sur une courte durée et s’il est peu fréquent, cela n’a pas de conséquence sur l’organisme.

On parle de stress toxique s’il se répète de manière importante.

L’organisme sécrète en continu les hormones du stress et puise dans ses réserves énergétiques. Il aura alors des conséquences sur la santé, entraînant des troubles digestifs, des maux de tête, des problèmes de sommeil…

Lorsqu’il s’installe sur la durée ou que l’on ne parvient pas à le gérer, on s’épuise. Le stress peut devenir dangereux pour notre santé physique et mentale menant à un syndrome d’épuisement, voire à une dépression.

Risques du stress durant les 1000 jours

Beaucoup d’études scientifiques montrent un lien entre l’environnement émotionnel de la future maman, notamment le stress, sur le développement affectif, comportemental et les apprentissages de l’enfant. Une enquête de l’Inserm suggère que les bébés, dont la mère a vécu un événement particulièrement angoissant durant la grossesse, ont un risque accru de développer de l’asthme et de l’eczéma.

Les mécanismes responsables de tous ces effets commencent à être compris. Le fonctionnement du placenta, laissant passer plus de cortisol ainsi que le système immunitaire de la maman semblent jouer un rôle important.

Heureusement on peut prévenir, agir… Tout n’est pas joué !

Accompagner pour réduire le stress parental

C’est aussi ce but qui est recherché dans le parcours 1000 jours. Aider les (futurs) parents à se préparer, à accueillir et à accompagner leur enfant, en répondant à leurs questions, leurs attentes, leurs besoins afin de réduire leurs angoisses, voir leur stress.

Favoriser les échanges et l’écoute

Souvent la parole va permettre d’améliorer une situation, les réponses aux interrogations, de lever des inquiétudes, un discours bienveillant, de rassurer les parents dans leurs compétences. Cet accompagnement personnalisé commence avec l’entretien prénatal précoce, réalisé en début de grossesse Une occasion de proposer au couple, un suivi personnalisé répondant plus spécifiquement à leur situation et leurs besoins. Par exemple, si une aide plus personnelle est nécessaire il est possible de les orienter vers d’autres professionnels plus compétents pour le problème.

Chaque mois, lors des consultations, les parents ne doivent pas hésiter à exprimer leurs demandes et leurs questions.

Enfin choisir une préparation à la parentalité qui corresponde aux attentes et permette des échanges avec d’autres parents est toujours utile. Il faut encourager les parents à le faire.

Les ateliers de préparation à la parentalité de CH de Bastia

Soutenir après la naissance pour réduire la dépression

Cet accompagnement ne s’interrompt pas avec la naissance. Il s’agit de mieux repérer les dépressions post natales et de soutenir les parents. Depuis 2022 un entretien post natal est prévu afin de voir comment la « nouvelle » famille trouve progressivement ses marques et si un soutien est souhaité.

On sait en effet que l’état psychologique des parents a un impact sur le développement du bébé. Face à un de ses parents dépressifs, les liens sont entravés, le bébé a moins d’interaction,
moins d’encouragement, Si cet état dure les répercussions possibles sont un développement psycho-affectif du bébé moins harmonieux et des risque de troubles du comportement, des apprentissages, voir une dépression de l’enfant.

Cet accompagnement est souhaité par les mères.

L’association Make Mothers Matter (Faire en sorte que les mères comptent) a donné la parole aux mères afin de connaître leur vécu et leurs attentes.

Make Mothers Matter