hidden

Prévenir les chutes : une démarche dynamique

Prévenir les chutes : une démarche dynamique

prevenir-les-chutes

La prévention, ça marche pour réduire les risques de chutes ! L’étude nationale 2010 des centres de prévention Agirc-Arrco montre l’efficacité des actions menées par ces centres afin d’améliorer l’équilibre pour prévenir les chutes des personnes âgées.
Plus on avance en âge, plus on redoute de tomber. A juste titre puisque les chutes représentent la première cause de mortalité accidentelle des personnes âgées de plus de 65 ans. Chaque année, 450 000 hospitalisations de personnes de plus de 65 ans sont consécutives à une chute. Pour autant, la chute n’est pas une fatalité, elle peut se prévenir à condition de préserver son équilibre. C’est l’enseignement de l’étude épidémiologique menée en 2010 auprès des personnes accueillies dans les centres de prévention Agirc-Arrco1.
L’étude « Préserver l’équilibre prévenir les chutes » s’est attachée à évaluer la réalité des chutes de la population fréquentant les centres, puis à mesurer l’impact des actions collectives d’initiation et de sensibilisation à l’équilibre.

Dépistage individuel
Les centres de prévention Agirc-Arrco réalisent notamment le dépistage des facteurs de risques dans le cadre des consultations individuelles comprenant un entretien et un examen clinique. L’étude montre que le risque de chute pourrait augmenter entre 55 et 74 ans. Elle fait ressortir les relations entre l’échec au test de la station unipodale (debout sur une jambe – indicateur de risque de chute) et l’âge, l’existence de problèmes orthopédiques ou la prise de médicaments. Le lien entre le risque de chute et l’obésité est également souligné.

Action collective
L’activité physique est bénéfique dans la prévention des chutes. Notamment si celle-ci est associée à d’autres modes d’intervention indispensables comme le dépistage et la correction de la malnutrition, l’aménagement de l’habitat et les compensations de déficits sensoriels…
Les centres de prévention Agirc-Arrco organisent des ateliers au cours desquels les participants travaillent leur souplesse, le renforcement musculaire et l’équilibre. Si les cycles d’actions collectives sont courts, il faut cependant noter que les améliorations sont très vite perceptibles dès cinq semaines. L’étude met en évidence une nette amélioration de la confiance en soi, surtout pour les activités quotidiennes. Ces résultats sont démontrés tant par les outils d’évaluation que par les témoignages des participants : « J’ai appris à me relever toute seule, comment me protéger et moins tomber ».

Alors n’attendez pas de tomber pour franchir la porte d’une consultation dans un centre de prévention Agirc-Arrco !

1 Onze centres de prévention Agirc-Arrco existent sur le territoire métropolitain. Leur but est de mettre à la portée de tous les clefs d’un vieillissement réussi.

ça pourrait vous intéresser

Modification du dispositif de la retraite progressive

L’âge à partir duquel l’assuré qui exerce une activité à temps partiel peut demander une retraite progressive est l’âge ...

Lire

Modification du dispositif de la retraite progressive

L’âge à partir duquel l’assuré qui exerce une activité à temps partiel peut demander une retraite progressive est l’âge ...

Lire